La peinture de Jocelyne Mothe

RESTITUTION D’UNE CONTEMPLATION

C’est l’ouverture de la fenêtre   au matin des saisons, le songe de l’enfance retrouvée, celle du temps des vagabondages et des occupations dilettantes, ces temps de vacances et d’oubli de l’école et des occupations prédatrices de rêve. C’est la liberté retrouvée avec ces longs moments de contemplation des parures de lumières sur ces paysages de Coulédoux. Comme autant de reflets dans le fil de l’eau entre les pierres du torrent, la   silhouette des arbres   à l’horizon montagneux et les myriades entre ombres et lumières, entre végétal et minéral.

Une   enfance sauvage sur le flan de la montagne, mais aussi   sous   les grands  ciels  des landes de Garonne qui ont pénétré l’inconscient, inscrivant  intimement ce désir singulier de suggestions aléatoires ou pas. S’expriment de toutes ces contemplations de tâches de mousses à l’ombre des pierres, de  la course inexorable de l’eau, de la sérénité des lacs, de la majesté des arbres et des myriades de nuances entre le végétal et le minéral.  C’est ainsi qu’a surgi avec la maturité telle   une nécessité créatrice cet élan singulier dans le désir de partage de ses émotions picturales.

Pas de traces d’humains dans cette peinture, considérant l’humain comme une erreur de la nature.

Jocelyne Mothe, originaire de Coulédoux en haute vallée du Ger, a vécu aussi dans la grande plaine toulousaine. Installée depuis 16 ans dans le Comminges, en piémont pyrénéen pour enfin vivre cette peinture qui l’habite depuis toujours.

Après avoir suivi des écoles de différentes tendances, ce sont   les ateliers   d’art abstrait de Lyz Friedrich à Toulouse qui l’a conduise sur la voie du   paysage lyrique par le biais d’une écriture qui au fil du temps a maitrisé l’aléatoire. Ses peintres vibratoires : Zao Wou-ki et William Turner.

Venue  dans le Comminges, en 2003 pour créer un atelier de peinture sur toile et sur meubles. Co-organisatrice avec la mairie d’Aspet du Festival Aspet s’Expose qui existe depuis 15 ans  – Co-fondatrice de l’association Aspet de l’Art dont le crédo est la  diffusion de l’art en milieu rural  par le biais d’enseignements artistiques et par la création d’une galerie associative « La Quincaillerie » à Aspet – o-fondatrice du collectif d’artistes locaux « Ôssilà » pour la création d’évènements artistiques en résidence – Création du concept en solo « Atelier du Passant » animation atelier de rue –  Animatrice d’ateliers adultes à Juzet d’Izaut et  à Valentine et ateliers enfants.